Conseil du Trésor : de retour à la table en octobre

27 septembre 2018
Négociations

L’AFPC rencontrera le Conseil du Trésor les 10 et 11 octobre pour discuter des enjeux communs à quatre groupes : Services des programmes et de l’administration (PA), Services de l’exploitation (SV), Services techniques (TC) et Enseignement et bibliothéconomie (EB). La négociation des enjeux de chaque groupe se poursuivra les 16 et 17 octobre.

Lors des dernières séances de négociation en juillet, l’AFPC s’est présentée à la table avec des revendications claires et un mandat clair pour faire avancer les choses. Malheureusement, l’employeur n’a pas fait preuve du même sérieux et n’a pas montré un réel désir d’avancer.

Lorsque nous reviendrons à la table en octobre, nous nous attarderons aux questions qui nous tiennent particulièrement à cœur, c’est-à-dire :

  • indexer les salaires sur le taux d’inflation et éliminer les disparités salariales;
  • faciliter la conciliation travail-famille, notamment en prolongeant la période de congé parental de 37 à 63 semaines;
  • limiter le recours aux agences de placement temporaire et réduire le travail précaire.

En dépit des nombreux problèmes de paye que leur cause Phénix depuis maintenant deux ans et demi, nos membres continuent d’aller travailler pour offrir des services essentiels aux Canadiennes et Canadiens. Ils ne méritent pas moins qu’une convention collective qui reconnaît leur engagement et l’importance des services qu’ils assurent à la population.

En plus de n’être toujours pas payés correctement, nos membres doivent encore patienter avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent — c’est scandaleux !

Une version de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.


Autres articles sous: ,

Petits pas timides du Conseil du Trésor, mais c’est loin d’être suffisant

Négociations

19 février 2019

La semaine dernière, après plus de six mois de pourparlers stériles et de retards causés par le gouvernement, les équipes de négo de l’AFPC ont finalement reçu quelques réponses à leurs offres. Un changement d’attitude bienvenu après l’inaction manifestée par l’employeur lors des rencontres précédentes. Malheureusement, ce n’était pas suffisant pour que la négociation débloque. […]