Tag Archives: National Day of Mourning

Jour de deuil national — 28 avril

photo d'une chandelle avec les mots 'jour de deuil national'

Ce 28 avril, à l’occasion du Jour de deuil national, nous nous joindrons à plus de cent pays pour nous rappeler tous ceux et celles qui ont perdu la vie par suite de blessures et de maladies liées au travail.

Chaque année, dans le monde entier, des personnes meurent en raison de conditions de travail dangereuses, de mesures de sécurité et d’équipements de protection insuffisants, ou de politiques mal appliquées. Trop souvent, ces décès auraient pu être évités. Au Canada, des centaines de décès en lien avec le travail sont encore enregistrés. Au cours des deux dernières années, avec la pandémie de la COVID-19, les travailleuses et les travailleurs ont dû composer avec des défis supplémentaires, amenant au premier plan l’importance de mesures de santé et de sécurité exhaustives et d’un accès adéquat aux équipements de protection.

Malgré les améliorations importantes apportées aux normes de sécurité en milieu de travail au cours du siècle dernier — en grande partie grâce aux efforts soutenus des syndicats — il reste encore beaucoup à faire pour garantir que l’ensemble des travailleuses et des travailleurs soient protégés de manière adéquate contre les maladies ou les accidents professionnels évitables.

Le Syndicat des Douanes et de l’Immigration attache une grande importance à la santé et à la sécurité de ses membres et nous continuerons de faire tout ce que nous pouvons pour les protéger. Témoins des dangers auxquels sont confrontés tant de travailleuses et de travailleurs, observons tous un moment de silence à 11 h le Jour de deuil national.

Jour de deuil national : le travail ne doit pas faire mal

À l’occasion du Jour de deuil national, le 28 avril, l’AFPC souligne le travail exemplaire des membres de l’AFPC qui ont sauvé d’innombrables vies en protégeant la santé et la sécurité des travailleuses et travailleurs durant la pandémie.

En obligeant les employeurs à mettre en place des protocoles liés à la COVID-19, des mesures administratives et des politiques de ventilation et d’assainissement, les syndicats et les militants ont joué un rôle clé dans la sécurité des personnes salariées. Ce travail a pu être réalisé grâce à la réglementation solide en matière de santé et de sécurité, à son respect et à son application, réglementation pour laquelle les syndicats se sont battus afin de protéger les travailleuses et travailleurs au Canada et dans le monde entier.

Malheureusement, les travailleurs et travailleuses ne bénéficient pas tous de telles mesures de protection : il nous incombe de veiller à ce que tout le monde ait droit à un lieu de travail sûr.

Au Canada, de nombreuses personnes, notamment celles qui cumulent les petits boulots, ne bénéficient pas des protections de base en matière de santé et de sécurité, comme le droit de connaître les dangers sur son lieu travail. D’autres, notamment le personnel du secteur des soins de longue durée, de l’hôtellerie et des services de première ligne, ont peu de jours de congé de maladie et de protections en matière de santé et de sécurité. Dans le budget 2022, le gouvernement fédéral s’est engagé à offrir 10 jours de congé de maladie payés aux travailleuses et travailleurs assujettis à la réglementation fédérale, mais cet avantage doit être offert à toutes les personnes qui travaillent.

C’est pourquoi l’AFPC et d’autres syndicats font pression sur les gouvernements pour que la santé et la sécurité au travail deviennent un droit fondamental, par l’entremise de l’Organisation internationale du Travail (OIT) des Nations Unies. Ainsi, nous travaillons ensemble selon une même vision : le travail ne doit pas faire mal.

Au Canada et dans le monde entier, des millions de personnes décèdent en raison de leur travail.Selon les plus récentes données de l’Association des commissions des accidents du travail du Canada (ACATC), en 2019, 925 décès en milieu de travail ont été enregistrés au Canada. Cela s’ajoute aux 271 806 demandes acceptées en raison d’une blessure ou d’une maladie liée au travail.

Notre pays doit montrer l’exemple et agir pour ratifier et mettre en œuvre les conventions fondamentales de l’OIT en matière de santé et de sécurité, qui garantissent des droits et des protections liés à la santé au travail pour toutes et tous ainsi que des protections contre la violence et le harcèlement.

L’AFPC s’engage également à exiger que tous les employeurs respectent les normes les plus élevées en matière de santé et de sécurité dans tous les lieux de travail afin qu’après chaque journée de travail, tous les travailleuses et travailleurs puissent rentrer chez eux indemnes.

Pour participer au Jour de deuil national, vous pouvez :

Cet article provient du site de l’AFPC.

Le 28 avril, Jour de deuil national

photo d'une chandelle avec les mots 'jour de deuil national'

Le 28 avril, nous nous joindrons encore une fois à plus de cent pays pour nous rappeler tous ceux et celles qui ont perdu la vie par suite de blessures et de maladies de nature professionnelle. Cette année, les travailleuses et travailleurs du monde entier ont dû composer avec des défis supplémentaires posés par la pandémie de la COVID-19, ajoutant au nombre de lieux de travail confrontés à des problèmes critiques de santé et de sécurité.

Le Syndicat des Douanes et de l’Immigration attache une grande importance à la santé et à la sécurité de ses membres et nous continuerons de faire tout ce que nous pouvons pour les protéger.

Témoins des dangers auxquels sont confrontés tant de travailleuses et de travailleurs, observons tous un moment de silence à 11 h le Jour de deuil national.

Consultez la note de service du bureau national du SDI à propos du Jour de deuil national.

Le 28 avril, Jour de deuil national

photo d'une chandelle avec les mots 'jour de deuil national'

Le 28 avril, nous nous joindrons encore une fois à plus de cent pays pour nous rappeler tous ceux et celles qui ont perdu la vie par suite de blessures et de maladies de nature professionnelle. Cette année, les travailleuses et travailleurs du monde entier doivent de plus composer avec les défis considérables posés par la pandémie de la COVID-19.

Le Syndicat des Douanes et de l’Immigration attache une grande importance à la santé et à la sécurité de ses membres et nous continuerons de faire tout ce que nous pouvons pour les protéger.

Témoins des dangers auxquels sont confrontés tant de travailleuses et de travailleurs, observons tous un moment de silence à 11 h le Jour de deuil national. Nous invitons aussi les membres à participer (virtuellement) à tout événement local organisé pour commémorer cette journée.

Consultez la note de service du bureau national du SDI à propos du Jour de deuil national.

Jour de deuil national

Chandelle symbolisant le deuil, pour le Jour de deuil national

Le 28 avril est le Jour de deuil national, lors duquel nous nous rappellerons encore une fois les travailleuses et les travailleurs qui ont perdu la vie par suite de blessures de nature professionnelle. Depuis 1995, au Canada seulement, environ 20 000 décès sont survenus en milieu de travail. Aujourd’hui, le Jour de deuil national est reconnu dans plus de 100 pays autour du monde.

Le SDI attache une grande importance à la santé et à la sécurité de ses membres. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour prévenir les souffrances inutiles causées par des conditions de travail dangereuses et insalubres et pour continuer à promouvoir des conditions de travail sûres pour nos membres.

Le 28 avril, nous invitons tous les membres du Syndicat des Douanes et de l’Immigration à observer un moment de silence, à 11 h, et à participer à tout événement local organisé pour commémorer cette journée.