Tag Archives: TC

Négos au CT : Dernière chance pour Trudeau de tenir sa promesse aux fonctionnaires fédéraux

Négociations

Les équipes de négociation de l’AFPC représentant 90 000 membres relevant du Conseil du Trésor ont vu peu de progrès à la table de négociation la semaine dernière. Or, si le premier ministre Justin Trudeau veut réellement tenir sa promesse envers les fonctionnaires, il ne lui reste plus beaucoup de temps.

Après les timides avancées de février, l’AFPC avait bon espoir que le gouvernement se retrousserait les manches pour négocier sérieusement en mars.

« Malheureusement, le gouvernement s’est encore traîné les pieds et on est loin d’une entente, déplore Chris Aylward, président national de l’AFPC. Quand il a pris le pouvoir, M. Trudeau s’était engagé à respecter les fonctionnaires. Mais les bonnes paroles ne suffisent pas. La seule façon de tenir sa promesse, c’est de nous donner une entente juste et équitable avant les élections d’octobre. »

Depuis le début des négociations, il y a près de dix mois, les équipes de l’AFPC ont présenté des revendications raisonnables pour améliorer la conciliation travail-vie personnelle, réduire le travail précaire, éliminer les écarts salariaux avec le secteur privé et obtenir des augmentations justes et équitables.

Pour sa part, le gouvernement s’est contenté de ralentir le processus. En novembre, il a même insulté les fonctionnaires en leur proposant, entre autres, un gel salarial de deux ans. Même s’il a laissé tomber cette idée, il persiste à offrir de maigres augmentations de 1 %, ce qui représente la moitié du taux d’inflation.

« Le premier ministre veut respecter sa promesse envers les fonctionnaires et les services publics? On lui donne une dernière chance en avril, ajoute le président Aylward. On va mettre de la pression pour que le gouvernement comprenne qu’il risque gros s’il ne nous donne pas une entente juste et équitable avant les élections. »

« Après trois ans, les membres de l’AFPC attendent encore d’être payés correctement. Ils attendent encore d’être dédommagés pour le calvaire qu’ils ont enduré à cause de Phénix. Ils ne devraient pas avoir à attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. »

Les négociations de la semaine dernière, qui ont eu lieu du 19 au 21 mars, touchaient quatre unités relevant du Conseil du Trésor : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services de l’exploitation (SV) et Enseignement et Bibliothéconomie (EB).

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Négos au CT : Trudeau doit faire vite s’il veut tenir sa promesse aux fonctionnaires fédéraux

Négociations

Le temps presse pour les libéraux, car les quatre équipes de négociation qui représentent 90 000 membres de l’AFPC relevant du Conseil du Trésor retourneront à la table du 19 au 21 mars.

Depuis le début des pourparlers il y a neuf mois, l’AFPC a présenté des revendications pour améliorer la conciliation travail-vie personnelle, réduire le travail précaire, éliminer les écarts salariaux avec le secteur privé et garantir des augmentations équitables. Pourtant, le gouvernement a tout fait pour ralentir le processus et, à la fin novembre, a insulté les fonctionnaires en proposant un gel salarial de deux ans.

S’il est vrai que la séance de février a fait avancer un peu les choses, il faudra faire des pas de géant ce mois-ci. Monsieur Trudeau n’a pas de choix : seule une entente équitable avant l’élection fédérale d’octobre lui permettra de tenir sa promesse.

Dans sa lettre ouverte de 2015 aux fonctionnaires du Canada, M. Trudeau s’est engagé à « restaurer la confiance dans nos fonctionnaires – et le respect que nous leur portons ». Comme il l’a déclaré récemment : « Les fonctionnaires continuent de faire preuve d’un professionnalisme inébranlable face aux difficultés inacceptables causées par l’implémentation du système de paye Phénix. »

« Depuis le début de son mandat, le premier ministre a toujours su comment parler de la fonction publique, affirme Chris Aylward, président national de l’AFPC. Mais les bonnes paroles ne suffisent pas. Les membres de l’AFPC attendent encore qu’il allie le geste à la parole pour remplir la promesse qu’il leur a faite. Ils attendent encore d’être payés correctement et d’être dédommagés pour toutes les épreuves qu’ils ont traversées à cause de ces innombrables problèmes de paye. Ils ne devraient pas avoir à attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. »

« M. Trudeau peut encore respecter son engagement envers les fonctionnaires et les services essentiels qu’ils fournissent à la population, mais il doit faire vite. Nos membres ont besoin d’une entente équitable avant l’élection et nous ne laisserons pas les libéraux se dérober à leurs obligations. »

Les séances de la semaine prochaine concernent quatre unités de négociation rattachées au Conseil du Trésor : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services des opérations (SV) et Enseignement et bibliothéconomie (EB).

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Petits pas timides du Conseil du Trésor, mais c’est loin d’être suffisant

Négociations

La semaine dernière, après plus de six mois de pourparlers stériles et de retards causés par le gouvernement, les équipes de négo de l’AFPC ont finalement reçu quelques réponses à leurs offres. Un changement d’attitude bienvenu après l’inaction manifestée par l’employeur lors des rencontres précédentes. Malheureusement, ce n’était pas suffisant pour que la négociation débloque.

Les équipes de négo ont présenté à nouveau une série de propositions visant à améliorer les conditions de travail des 90 000 membres qu’elles représentent. Elles ont aussi discuté des contre-offres de l’employeur portant sur la conciliation travail-vie personnelle, y compris les congés de compassion, de deuil et parental, ainsi que des augmentations économiques générales.

« Notre message au gouvernement Trudeau était clair : donnez à la nouvelle présidente du Conseil du Trésor, Jane Philpott, le mandat de négocier une entente équitable », a déclaré Chris Aylward, président national de l’AFPC. « On a fait quelques progrès cette semaine, mais nous nous attendons à en faire bien plus encore lors de notre prochaine rencontre. »

« Si le gouvernement a bougé un petit peu la semaine dernière, c’est parce que nos membres se sont mobilisés et ont mis la pression. À l’évidence, il faudra continuer, et de plus en plus fort. »

« Il y a presque trois ans, le fiasco Phénix commençait. Depuis ce temps, nos membres attendent d’être payés correctement tout en continuant d’offrir à la population canadienne les services publics de qualité auxquelles elle a droit. Ils ne devraient pas avoir à attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. Le temps presse. »

Le Conseil du Trésor a profité de la séance de négo pour annoncer qu’il ne discuterait plus des enjeux communs à la table de négociation commune. Bien que cette façon de faire ralentira inutilement les discussions, les quatre équipes de l’AFPC négocieront toujours d’une même voix, même si elles doivent le faire à des tables séparées.

Des négociations ont eu lieu du 12 au 14 février pour les quatre unités relevant du Conseil du Trésor : Services des programmes et de l’administration (PA)Services techniques (TC)Services de l’exploitation (SV) et Enseignement et Bibliothéconomie (EB).

Il y aura une autre séance de négociation du 19 au 21 mars, à Ottawa.

Soyez de la partie : Le 28 février, l’AFPC lancera une série d’actions d’envergure partout au pays. L’objectif : dénoncer Phénix et réclamer une entente juste à la table de négociation.

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Reprise des négos pour les groupes PA, EB, SV & TC le 12 février : l’AFPC exige de Trudeau un nouveau mandat pour le Conseil du Trésor

Négociations

L’AFPC retournera à la table de négociation du 12 au 14 février pour représenter les 90 000 fonctionnaires fédéraux visés par les négociations avec le Conseil du Trésor. La grande priorité : obtenir des salaires justes et bonifier les dispositions sur la conciliation travail-vie personnelle, la charge de travail, les congés et le recours à des travailleurs temporaires.

Les membres de l’AFPC attendent toujours une réponse adéquate aux revendications contractuelles du syndicat après de longs mois de pourparlers frustrants avec le gouvernement. Rappelons qu’en décembre dernier, le gouvernement a insulté les fonctionnaires fédéraux en leur proposant un gel salarial de deux ans.

« Trudeau avait promis d’établir des relations fondées sur le respect avec les fonctionnaires. Eh bien, nous allons mobiliser nos membres pour qu’ils l’obligent à tenir sa promesse », a déclaré le président national de l’AFPC, Chris Aylward. « Son gouvernement a trahi nos membres, et la population canadienne qui a droit à des services publics de qualité. »

« Le premier ministre doit donner un nouveau mandat à Jane Philpott, la nouvelle présidente du Conseil du Trésor, un mandat qui débouchera sur une entente juste. Depuis le lancement de Phénix, il y a presque trois ans, nos membres attendent d’être payés correctement – ils ne devraient pas avoir à attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. »

Les séances de la semaine prochaine concernent ces quatre unités de négociation rattachées au Conseil du Trésor : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services des opérations (SV) et Enseignement et bibliothéconomie (EB).

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Reprise des négos pour les groupes PA, EB, SV & TC : l’AFPC exige un nouveau mandat de Trudeau

Négociations

Cette semaine, la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral (CRTESPF) a refusé de mettre sur pied une Commission de l’intérêt public. C’est une décision regrettable, car elle aurait sans doute permis à l’AFPC et au gouvernement de se rapprocher d’une entente pour les 90 000 travailleuses et travailleurs visés par les négociations avec le Conseil du Trésor.

L’AFPC contre-attaquera en intensifiant la pression sur le Conseil du Trésor pour qu’il retourne à la table de négociation avec une offre adéquate et complète pour ses membres. Rappelons qu’en décembre dernier, le gouvernement a insulté les fonctionnaires fédéraux en leur proposant un gel salarial de deux ans.

L’AFPC a réussi à obtenir une reprise des négociations en février. La grande priorité : obtenir des salaires justes et bonifier les dispositions sur la conciliation travail-vie personnelle, la charge de travail, les congés et le recours à des travailleurs temporaires.

« Trudeau avait promis d’établir des relations fondées sur le respect avec les fonctionnaires. Eh bien, nous allons mobiliser nos membres pour qu’ils l’obligent à tenir sa promesse », a déclaré le président national de l’AFPC, Chris Aylward. « Son gouvernement a trahi nos membres et la population canadienne qui a droit à des services publics de qualité. »

« Le premier ministre doit donner un nouveau mandat à Jane Philpott, la nouvelle présidente du Conseil du Trésor, un mandat qui débouchera sur une entente juste. Depuis le lancement de Phénix, il y a presque trois ans, nos membres attendent d’être payés correctement – ils ne devraient pas avoir à attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. »

Les prochaines séances de négociation porteront sur les revendications propres à chaque groupe : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services de l’exploitation (SV), Enseignement et bibliothéconomie (EB). Elles seront suivies par des discussions sur les enjeux communs aux quatre groupes.

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.