Tag Archives: bargaining

AFPC-SDI : les membres ratifient l’entente de principe

Drapeau du SDI avec les mots "Entente de principe FB ratifiée"

Les membres du groupe des Services frontaliers (FB), affiliés à l’AFPC-SDI, ont voté majoritairement pour l’entente de principe conclue avec l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Le groupe FB compte plus de 8 500 employés qui sont sur la ligne de front depuis le début de la pandémie pour protéger nos frontières et la population canadienne.

D’une durée de quatre ans (2018-2022), la nouvelle convention collective prévoit des augmentations salariales totalisant plus de 8 %. Parmi les autres gains réalisés, mentionnons : de meilleures protections contre les mesures disciplinaires excessives, un engagement à s’attaquer au climat de travail toxique et la bonification de congés et d’indemnités. Les membres qui portent l’uniforme ont également obtenu une indemnité de repas.

« Ce nouveau contrat de travail témoigne de la ténacité et du dévouement incroyables de notre équipe de négociation, qui a travaillé jour et nuit pour conclure une entente », déclare Chris Aylward, président national de l’AFPC. « Et sans le soutien incroyable de nos membres, on n’aurait pu y arriver. »

« Après trois ans de négociations, on a enfin réussi à régler des problèmes de longue date, ce qui aidera grandement nos membres à se sentir valorisés et en sécurité à l’ASFC. Et si nous avons réussi, c’est grâce à toutes les actions menées par nos membres le 6 août. On peut être fiers de ce qu’on a accompli ensemble », fait valoir Mark Weber, président national du SDI.

Prochaines étapes  

Au cours des prochaines semaines, l’AFPC rencontrera les représentants du Conseil du Trésor et de l’ASFC pour parapher la nouvelle convention collective. À l’exception des augmentations de salaire, qui sont rétroactives, les nouvelles modalités entrent en vigueur au moment de la signature.

L’ASFC a 180 jours à compter de la signature de l’entente pour appliquer les nouveaux taux de rémunération, verser la paye rétroactive pour la période commençant à la date d’expiration de l’ancienne convention et verser les 500 $ forfaitaires qui compensent la prolongation du délai de mise en œuvre de la convention collective.

Lorsque l’entente sera signée, l’AFPC-SDI en avisera les membres FB. Pour ne rien manquer, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour dans le portail des membres. Si vous avez des questions, communiquez avec la présidence de votre succursale du SDI ou votre bureau régional de l’AFPC.

Cet article a également été publié sur le site de l’AFPC.

Groupe FB : entente de principe conclue avec l’ASFC et le Conseil du Trésor

Après avoir été sans contrat de travail pendant plus de trois ans, les membres FB d’un bout à l’autre du pays se sont mobilisés comme jamais, ce qui a aidé l’équipe de négociation de l’AFPC-SDI à décrocher une entente de principe avec le Conseil du Trésor et l’ASFC le vendredi 6 août en fin de journée, après une séance de négociation marathon qui a duré plus de 36 heures.

Nous n’avons fait aucune concession pour en arriver à l’entente de principe. Ces améliorations ont été obtenues grâce à l’équipe de négociation qui a travaillé très fort et aux membres qui l’ont appuyée tout au long des négociations.

Nous vous donnerons tous les détails et un exemplaire de l’entente de principe dès qu’elle sera disponible dans les deux langues. L’équipe de négociation de l’AFPC-SDI recommande à l’unanimité d’accepter l’entente. En la ratifiant, vous améliorerez de plusieurs façons vos conditions de travail.

POINTS SAILLANTS DE L’ENTENTE DE PRINCIPE

Rémunération et indemnités

Règlement salarial

Nous avons obtenu, pour tous les membres du groupe FB, des augmentations de salaire d’au moins 8,08 % sur quatre ans, qui sont toutes rétroactives.

  • À compter du 21 juin 2018 : augmentation de 2,8 %
  • À compter du 21 juin 2019 : augmentation de 2,2 %
  • À compter du 21 juin 2020 : augmentation de 1,35 %
  • À compter du 21 juin 2021 : augmentation de 1,5 %

Indemnité de repas pour le personnel en uniforme

L’équipe de négociation a enfin réussi à obtenir une indemnité de repas pour tous les membres qui portent l’uniforme. Il y avait des années que nous demandions la parité avec le personnel d’autres organismes d’application de la loi. La commission de l’intérêt public a d’ailleurs émis trois recommandations en ce sens.

Les employés de l’ASFC qui portent l’uniforme obtiendront donc une indemnité annuelle de 5 000 $, ce qui fera augmenter leurs gains admissibles sur quatre ans comme suit :

  • au taux maximum pour le niveau FB-2 : 15,07 %
  • au taux maximum pour le niveau FB-3 : 14,14 %
  • au taux maximum pour le niveau FB-4 : 13,86 %
  • au taux maximum pour le niveau FB-5 : 13,38 %

Paiement forfaitaire pour les membres qui ne portent pas l’uniforme

  • Ceux et celles qui ne portent pas l’uniforme recevront un montant forfaitaire de 1 000 $.

Indemnité de mise en œuvre tardive

Tous les membres FB recevront un paiement forfaitaire de 500 $ pour compenser la mise en œuvre tardive de la convention collective.

Parce que le versement des nouvelles indemnités sera retardé de six mois, les membres auront droit à un montant forfaitaire additionnel d’une valeur égale.

Retraite anticipée après 25 ans de service

Parallèlement au règlement, le Conseil du Trésor s’est engagé par écrit auprès de l’AFPC à soumettre à nouveau la proposition du groupe FB visant à introduire des modifications législatives afin d’offrir des prestations de retraite anticipée bonifiées en vertu du régime de retraite de la fonction publique. Il s’engage aussi à faire en sorte que le Comité consultatif sur la pension de la fonction publique puisse recevoir rapidement son analyse de rentabilisation connexe.

Mesures disciplinaires

L’ASFC s’est engagée par écrit à ce tous les employés puissent être accompagnés d’un représentant syndical lors des rencontres dans le cadre des enquêtes sur le respect des normes professionnelles. Elle promet également de meilleures protections aux employés suspendus sans salaire.

Règlement des griefs

Le processus de règlement des griefs a été accéléré; il passera de quatre niveaux à trois, ce qui réduira le délai avant l’audience.

Climat de travail

Selon une lettre d’entente entre le Conseil du Trésor et l’AFPC, un comité national mixte sera créé pour s’attaquer au climat de travail toxique à l’Agence.

Article 43 – Congé payé pour obligations familiales

Disposition élargie pour inclure une personne qui tient lieu de membre de la famille de la personne salariée, peu importe le lien de parenté entre les deux.

Article 46 – Congé de deuil payé

Disposition élargie pour inclure un congé unique lors du décès d’une personne qui tient lieu de membre de la famille de la personne salariée, peu importe le lien de parenté entre les deux.

Article 53 – Congé pour cause de violence familiale (NOUVEAU)

Les personnes qui sont victimes de violence familiale ont dorénavant droit à 75 heures de congé annuel.

Appendice C – Réaménagement des effectifs

L’indemnité d’études passe de 15 000 $ à 17 000 $ pour le personnel permanent mis à pied dans le cadre d’un réaménagement des effectifs.

Article 30 – Jours fériés payés

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation est ajoutée à la liste de jours fériés, conformément au changement législatif.

Article 40 – Congé parental non payé

Pour les parents qui bénéficient de l’assurance-emploi et du RQAP : prolongation du congé parental non payé jusqu’à 86 semaines, sans incidence sur la limite de cinq ans prévue à l’article 41.

Semaine additionnelle en vertu de la Loi sur l’assurance-emploi

Si les deux parents sont fonctionnaires et qu’ils se sont partagés les 40 semaines de congé parental, l’un des deux peut avoir droit à une semaine de congé additionnelle.

Semaines additionnelles en vertu du RQAP

Si les deux parents adoptifs sont fonctionnaires et qu’ils se sont partagés les 37 semaines de congé d’adoption, l’un d’eux peut avoir droit à deux semaines additionnelles. Si les deux parents biologiques sont fonctionnaires et qu’ils ont pris les 32 semaines de congé parental et les cinq semaines de congé de paternité, l’un des deux peut avoir droit aux deux semaines additionnelles.

Modification du nombre de semaines de congé parental rémunérées

Nouveau maximum de 57 semaines de congé parental par couple avec une prestation complémentaire de 93 %. Si les deux parents sont fonctionnaires, cela permettra d’inclure les cinq semaines de congé de paternité prévues par le RQAP, ainsi que les cinq ou huit nouvelles semaines de congé parental prévues par la Loi sur l’assurance-emploi.

Prestations parentales lors d’un congé prolongé en vertu de la Loi sur l’assurance-emploi

Les parents admissibles à l’assurance-emploi pendant le congé prolongé auront droit à une prestation supplémentaire représentant 55,8 % de leur salaire hebdomadaire.

Formule de remboursement

Ajout de l’Annexe V de la Loi, qui permet la mobilité entre l’administration centrale et les 26 organismes distincts, dont l’Agence du revenu du Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Parcs Canada et le Conseil national de recherche, sans avoir à repayer les prestations complémentaires. Cette disposition offre plus de souplesse aux parents qui voudraient changer d’emploi lorsqu’ils retournent à la fonction publique fédérale.

Article 42 – Congé de compassion et congé pour proches aidants (NOUVEAU)

Les nouvelles dispositions englobent les trois types de congés de l’assurance-emploi :

    • prestations de compassion;
    • prestations pour proches aidants d’enfants;
    • prestations pour proches aidants d’adultes.

La durée du congé est la même que celle prévue par l’assurance-emploi et comprend le délai de carence pertinent. Le congé accordé en vertu de cette disposition est compté dans le calcul de l’indemnité de départ, des congés annuels et du passage à l’échelon de rémunération suivant.

C’est grâce à la grande solidarité et au travail des membres FB que nous avons pu obtenir cette entente. On peut toutes et tous être fiers de ce qu’on a accompli ensemble. L’équipe de négo des FB recommande à l’unanimité la ratification de cette entente.

Cet article a également été publié sur le site de l’AFPC.

Les agents des services frontaliers décrochent une entente quelques heures après le début de la grève aux douanes

Après une intense séance de négociation de plus de 36 heures, l’Alliance de la Fonction publique du Canada et le Syndicat des Douanes et de l’Immigration ont conclu une entente de principe avec l’Agence des services frontaliers du Canada le vendredi 6 août en après-midi pour les 9 000 employés de l’ASFC.

« On est soulagés que l’ASFC et le gouvernement aient finalement présenté des solutions aux enjeux qui préoccupaient le plus nos membres, ce qui a évité de prolonger le conflit de travail », déclare Chris Aylward, président national de l’AFPC. « Cette entente témoigne de la ténacité et du dévouement incroyables de notre équipe de négociation, qui a travaillé toute la nuit pour y arriver. »

« On est aussi très reconnaissants de l’appui de nos membres, qui ont fait pression sur le gouvernement aujourd’hui à tous les aéroports et postes frontaliers du pays. On n’aurait pas pu y arriver sans eux. »

Cette entente met immédiatement fin à la grève du zèle qui a commencé à 6 h ce matin et assure le retour normal de la circulation transfrontalière alors que le gouvernement se prépare à accueillir les voyageurs américains pleinement vaccinés à partir de lundi.

« Les employés de l’ASFC sont essentiels à la sécurité de notre pays et bravent la pandémie depuis les tout débuts, sans même bénéficier de l’aide nécessaire de leur employeur », ajoute Mark Weber, président national du SDI. « Après trois ans de négociations, on a enfin réussi à régler des problèmes de longue date, ce qui aidera grandement nos membres à se sentir valorisés et en sécurité au travail. »

Les négociations avaient commencé en janvier 2019, mais ont été rompues en décembre 2020, lorsque le syndicat a déclaré l’impasse. En mai dernier, le syndicat s’est prononcé devant la commission de l’intérêt public, qui a formulé une série de recommandations non exécutoires dans son rapport en juillet. Après un vote de grève national en juin et en juillet, l’AFPC-SDI a annoncé qu’il avait un mandat de grève très clair et a présenté un avis de débrayage le 3 août. La grève du zèle a été entamée partout au pays le 6 août à 6 h (HAE).

Voici les faits saillants de l’entente de principe : 

  • entente de quatre ans (de 2018 à 2021) avec des augmentations de salaire de 2 % par année en moyenne;
  • de meilleures protections contre les mesures disciplinaires excessives au travail;
  • création d’un comité national mixte qui s’attaquera au climat toxique à l’Agence;
  • indemnité de repas pour les membres en uniforme, semblable à celle qui est offerte par la majorité des organismes d’application de la loi;
  • engagement de l’employeur à faire avancer la question de la retraite anticipée;
  • meilleur mécanisme de règlement des griefs;
  • congé pour cause de violence familiale;
  • bonification de différents congés et indemnités.

Cet article a également été publié sur le site de l’AFPC.

Retour à la table de négo pour les employés de l’ASFC et le gouvernement

Photo de membres du SDI manifestant

Quelques heures à peine après l’annonce que les employés de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) avaient voté massivement en faveur de la grève, le syndicat et l’employeur (l’Agence et le Secrétariat du Conseil du Trésor) ont convenu de reprendre les négociations le 29 juillet.

« Notre mandat de grève et la possibilité d’importantes perturbations à la frontière a clairement ébranlé le gouvernement », déclare Chris Aylward, président national de l’AFPC. « C’est l’esprit ouvert que nous retournons à la table, mais nous avons été très clairs avec l’employeur : s’il veut éviter la grève, il doit avoir un nouveau mandat. Il doit régler les sérieux problèmes que subissent nos membres au travail. »

Les négociations reprennent le lendemain de la publication du rapport de la Commission de l’intérêt public (CIP), lequel renferme une série de recommandations en vue d’un accord entre les deux parties, y compris de nombreuses améliorations des conditions de travail des employés de l’ASFC. Consultez la page suivante pour en savoir plus sur les recommandations de la CIP.

Avec la publication du rapport de la CIP, l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) et le Syndicat des douanes et de l’immigration (SDI) peuvent légalement déclencher une grève le 6 août si une entente n’est pas conclue.

« Le retour à la table est un pas dans la bonne direction, mais nous sommes toujours aux prises avec des problèmes de harcèlement systémiques et l’employeur doit les régler », a déclaré Mark Weber, président national du SDI. « Au-delà des protections accrues contre une culture de travail toxique, nos membres méritent également la parité avec la communauté d’application de la loi en général. »

Les employés de l’ASFC sont sans contrat depuis plus de trois ans. Ils demandent de meilleures protections contre une culture de travail toxique à l’ASFC et une plus grande parité avec les autres organismes d’application de la loi au Canada. Devant le refus de l’Agence et du Conseil du Trésor d’aborder ces enjeux à la table de négo, le syndicat a déclaré l’impasse en décembre dernier, demandant la tenue d’une commission de l’intérêt public.

Cet article a également été publié sur le site de l’AFPC.

Groupe FB : manifestation de l’AFPC-SDI à Rigaud

Tôt au matin du 25 juin, le SDI et l’AFPC étaient au Collège de l’ASFC à Rigaud pour envoyer un message clair à l’employeur : nous sommes prêts à intensifier la pression et à lutter pour un contrat équitable, qu’on parle parité avec les autres agences d’application de la loi, ou de meilleures protections contre le harcèlement et la discrimination

Continue reading