Tag Archives: négos

Négos avec le Conseil du Trésor : l’AFPC déclare l’impasse devant une offre salariale insultante

Après près d’une année de pourparlers avec le Conseil du Trésor, nous avons pris la décision difficile de déclarer l’impasse pour plus de 120 000 membres des groupes PASVTC et EB.

Cette semaine, nous avons déposé une demande de conciliation à la commission des relations de travail et nous prévoyons intensifier nos moyens de pression d’un bout à l’autre du pays cet été afin de parvenir rapidement à une entente juste et équitable.

Chaque ronde de négociations est importante, mais celle-ci est particulièrement cruciale. Pourquoi? Parce qu’au cours des deux dernières années, la pandémie a chamboulé notre mode de vie et notre façon de travailler, et les nouvelles conventions collectives doivent le refléter. C’est sans parler du coût de la vie, qui augmente à une vitesse fulgurante.

Ce que nous voulons : améliorer les conditions de travail de nos membres afin que personne ne soit laissé de côté. Nous avons besoin de plus de flexibilité en ce qui concerne le télétravail afin de mieux concilier le travail et la vie personnelle. Au sortir de la pandémie, nous voulons des milieux de travail plus inclusifs, des emplois stables et des salaires qui tiennent compte du taux d’inflation.

Malheureusement, le Conseil du Trésor n’a montré aucun respect pour nos membres à la table de négociation, faisant complètement fi des questions qui leur tiennent le plus à cœur. Il a notamment balayé du revers de la main l’idée d’offrir une formation sur la santé mentale, sur le racisme et sur la discrimination dans toute la fonction publique fédérale.

Ce qu’il souhaite : nous soutirer des concessions concernant les changements technologiques, les mesures disciplinaires, les congés et le réaménagement des effectifs – des changements qui auront une incidence néfaste sur les travailleuses et travailleurs.

Pour couronner le tout, il a offert des augmentations de salaire de 1,75 % par année en moyenne sur quatre ans (2021-2025) – une offre insultante qui ne tient aucunement compte du taux record d’inflation.

Si le gouvernement s’attend à ce que ceux et celles qui ont aidé les Canadiennes et Canadiens à traverser la pandémie fassent les frais de la reprise économique, il va frapper un mur.

Vous ne méritez rien de moins qu’un contrat de travail juste et équitable et nous comptons sur votre soutien au cours des prochains mois pour défendre vos intérêts.

La grève, c’est toujours le dernier recours, mais si c’est ce que ça prend pour décrocher le contrat de travail que vous méritez, alors c’est exactement ce qu’on fera. Le moment est venu de se préparer, de se mobiliser et d’être prêts à passer à l’action.

En toute solidarité,

Chris Aylward
Président national de l’AFPC

Cet article provient du site de l’AFPC.

Négos du groupe PA : le Conseil du Trésor fait fi des enjeux importants relatifs à la rémunération et à l’équité

Les négociations à la table du groupe PA approchent du point limite : l’offre globale qu’a présentée le Conseil du Trésor, le 28 avril, est remplie de concessions et reste silencieuse sur la plupart des principales revendications de l’équipe.

L’employeur refuse de modifier l’offre salariale inacceptable qu’il a présentée à la table des enjeux communs, en mars, dont les augmentations économiques avoisinant 1,75 % par année sont bien en deçà de l’inflation. Le Conseil du Trésor a aussi complètement fait fi des principales revendications de l’équipe des PA concernant la parité salariale avec les membres de l’Agence du revenu du Canada.

La santé mentale et l’équité passées sous silence

L’équipe des négociations est atterrée par le silence du Conseil du Trésor au sujet des revendications relatives à la santé mentale et à l’équité. L’employeur n’a pas répondu à la revendication d’un congé pour soutenir la santé mentale des employés ni à la revendication d’une prime pour le personnel se servant des langues autochtones dans le cadre de ses fonctions.

Le Conseil du Trésor s’obstine à refuser la revendication par l’AFPC, présentée à la table des enjeux communs, d’une formation obligatoire sur le racisme, le harcèlement et la discrimination systémiques pour tous les fonctionnaires fédéraux, y compris les gestionnaires. L’équipe n’a ainsi aucune raison de croire que le gouvernement reconnaît le besoin de démanteler le racisme systémique et de lutter contre la discrimination au sein de la fonction publique.

Notre équipe de négo s’inquiète grandement de l’absence de gains en vue de l’obtention d’une entente juste et équitable pour les membres du groupe PA.

Activité nationale à venir : restez informés!

D’autres groupes du Conseil du Trésor, dont les groupes SV, TC et EB, prendront part à des séances de négociation en mai, ce qui nous donnera une meilleure idée de l’allure que prendront les pourparlers dans les mois à venir.

Nous en sommes à un moment décisif des négociations avec le Conseil du Trésor. C’est pourquoi nous vous encourageons à vous inscrire à notre table ronde du 17 mai pour discuter des plus récentes nouvelles, de l’importance cruciale d’une forte mobilisation et de la façon dont les membres de l’AFPC se sont servis de moyens de pression pour remporter d’importantes victoires pendant la pandémie.

Servez-vous de notre trousse pour demeurer au courant des enjeux importants et vous mobiliser tout au long des négociations.

Pour ne rien manquer des négociations de votre prochain contrat de travail, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour dans le portail des membres.

Cet article provient du site de l’AFPC.

Premier caucus des femmes à la Conférence nationale sur la négociation des FB

Caucus des femmes à la conférence FB

Une nouvelle ronde de négociations pour plus de 8 500 membres de l’AFPC-SDI a commencé officiellement lors de la Conférence nationale sur la négociation du groupe FB, qui s’est tenue à Ottawa du 31 mars au 2 avril. À cette occasion, les personnes déléguées de toutes les succursales du SDI au Canada ont discuté des enjeux de cette ronde.

Après avoir lancé un appel de revendications en décembre, l’AFPC a reçu plus de 1 300 réponses de la part de membres portant ou non l’uniforme qui travaillent pour l’Agence des services frontaliers du Canada. Les personnes déléguées ont examiné les revendications proposées, en ont établi l’ordre de priorité et ont discuté des étapes du processus de négociation.

Les principaux enjeux soulevés lors de la conférence portent sur l’amélioration des salaires, la réforme du régime de retraite, la bonification des congés, les mesures disciplinaires, les prestations de retraite anticipée, les heures de travail, la discrimination et le harcèlement, la sécurité d’emploi, les droits syndicaux, la conciliation travail-vie personnelle, et la santé et la sécurité.

Des membres de la dernière équipe de négociation, ainsi que des spécialistes en mobilisation et en syndicalisation étaient sur place pour aider les personnes déléguées à tirer parti du succès des activités de mobilisation sans précédent de l’été dernier, qui ont mené à une entente.

La conférence a marqué un tournant : près de la moitié des personnes déléguées étaient des femmes, qui ont formé leur tout premier caucus. De nombreux jeunes travailleurs et travailleuses étaient également présents. La conférence a rassemblé un groupe diversifié de membres ayant de l’expérience dans de nombreux domaines : protection des frontières, application de la loi dans les bureaux intérieurs, audiences et renseignement.

C’était également la première fois que la conférence se tenait en format hybride : les personnes déléguées pouvaient participer en personne, à Ottawa, ou virtuellement, à partir de chez elles.

La nouvelle équipe de négociation des FB est composée de Michael William Fraser, Marjorie Gavel, Mathieu Landry, Jacqueline Monk, Lisa Morgan, Keith Palmer, Stewart Saunderson et Jordan Smith. Le négociateur de l’AFPC, Morgan Gay, et l’agent de recherche, Darren Pacione, seront de retour dans l’équipe.

En février, l’AFPC a signifié l’avis de négocier au Conseil du Trésor. Notre nouvelle équipe de négo se réunira à la fin du mois d’avril pour mettre la dernière main aux revendications. La date de la première rencontre avec l’employeur devrait être fixée dans les prochains mois.

Restons en contact!

Enfin, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour dans le portail des membres pour ne rien manquer des négociations de votre prochain contrat de travail.

Si vous avez des questions, communiquez avec la présidence de votre succursale du SDI ou votre bureau régional de l’AFPC.

Cet article provient du site de l’AFPC.

MIS À JOUR: Appel de propositions pour les Services frontaliers (FB) — Date limite reportée au 28 janvier

L’Alliance de la Fonction publique du Canada communiquera bientôt avec l’Employeur pour lancer la négociation de votre convention collective.

C’est grâce à votre engagement que l’AFPC-SDI a réalisé des gains importants lors de la dernière ronde de négociations. Pour que la prochaine ronde connaisse le même succès, nous avons besoin de votre participation active – à commencer par vos idées de revendications contractuelles.

Nous vous incitons tous à remplir le formulaire en ligne pour nous faire part des modifications et des améliorations que vous aimeriez qui soient apportées à la convention collective.

Vous avez jusqu’au 28 janvier 2022, 22 h 59 (heure de l’Est) pour proposer des revendications. Les membres devront se connecter pour accéder au formulaire.

Cet article provient du site de l’AFPC.

Négociation des enjeux communs : tous les travailleurs et travailleuses méritent un salaire juste

Image conversation PSAC AFPC

Le coût de la vie augmente rapidement au Canada. Par conséquent, les membres de l’AFPC – et les travailleurs et travailleuses de l’ensemble du pays – risquent d’être laissés pour compte si nous ne négocions pas des salaires adéquats. C’est pourquoi notre équipe qui s’occupe des enjeux communs revendique des augmentations salariales qui suivent l’inflation, pour plus de 110 000 membres.

L’équipe a rencontré le Conseil du Trésor du 13 au 15 décembre.

Cette année déjà, il en coûte 20 % de plus qu’il en coûtait auparavant pour nourrir sa famille, et le coût de la vie augmente plus rapidement que les salaires. La facture d’épicerie d’une famille moyenne de quatre personnes pourrait grimper de 966 $ l’an prochain – soit la plus forte augmentation en 12 ans. Le prix de l’essence, de l’électricité et du gaz naturel est également à la hausse, alors que certains ménages déboursent jusqu’à 20 % de plus pour se chauffer cet hiver.

L’inflation devrait rester élevée au cours des prochaines années, mais les salaires n’ont pas bougé, et notre pouvoir d’achat diminue rapidement. Plus que jamais, nous avons besoin de salaires équitables, de bonnes conditions de travail et de milieux de travail inclusifs. Ça va pour nos membres, mais aussi pour tout le monde.

En tant que premier employeur au Canada, le gouvernement fédéral doit monter l’exemple et donner des augmentations salariales qui ne laissent personne de côté. Autrement, il risque de perdre des fonctionnaires talentueux et dévoués au profit d’employeurs qui reconnaissent que ces personnes méritent mieux sur un marché du travail exigeant en pleine inflation.

Nos membres se sont surpassés pour nous permettre d’affronter la pandémie, en offrant des services et des prestations dont dépendaient des millions de gens. Le refus d’augmenter les salaires en fonction de l’augmentation rapide du coût de la vie équivaudrait à une réduction salariale pour nos membres, qui étaient là quand nous en avions le plus besoin.

Nouvelles dispositions pour améliorer la sécurité d’emploi

Nous avons aussi déposé de nouvelles revendications concernant la sécurité d’emploi. Les négociations surviennent à un moment décisif, alors que l’incertitude économique qui règne accroît la nécessité de pouvoir compter sur un réaménagement des effectifs juste et équitable.

Le réaménagement des effectifs permet à l’employeur de décider que les services d’un ou de plusieurs employés nommés pour une période indéterminée ne seront plus requis en raison d’un manque de travail, de la suppression d’une fonction, de la réinstallation d’une unité de travail, de la fermeture d’un bureau ou d’un emplacement de travail ou de la sous-traitance.

Sous le régime actuel, des fonctionnaires sont inutilement menacés de déplacement ou doivent passer une entrevue pour leur propre emploi, une situation qui engendre son lot de stress et nuit à la santé mentale.

Notre proposition garantirait un processus équitable et transparent, où la précarité n’aurait plus sa place et chaque membre pourrait occuper un emploi permanent. Nous demandons également à l’employeur de reconnaître l’évolution du milieu de travail en offrant davantage de possibilités de télétravail.

Montrez votre soutien!

Votre appui tout au long des négociations est essentiel à notre succès. Montrez votre soutien en utilisant nos images à slogan :

Prochaines séances de négociation

Les pourparlers reprendront du 1er au 3 février.

Pour ne rien manquer des négos de votre prochain contrat de travail, assurez-vous que vos coordonnées sont à jour dans le portail des membres.

Cet article provient du site de l’AFPC.