Tag Archives: négos

Négos FB : le syndicat réclame de nouvelles protections et la conciliation travail-vie personnelle

Photo d'une agente des services frontaliers avec les mots "négos FB"

L’employeur veut anéantir les droits en matière d’établissement des horaires et s’en prendre aux congés pour les soins et l’éducation.

L’équipe de négociation des Services frontaliers (FB) de l’AFPC-SDI a entamé une nouvelle ronde de négociations, du 7 au 10 janvier. Elle a rencontré les négociateurs du Conseil du Trésor (CT) et de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et les parties ont échangé les propositions.

L’équipe de négociation a établi clairement sa position pour cette ronde de négociations : il faut combler davantage l’écart qui sépare les membres du groupe FB de l’ensemble de la communauté responsable de l’exécution de la loi et régler les problèmes en milieu de travail. Elle réclame aussi de nouveaux droits et de meilleures protections.

Voici quelques propositions clés qu’elle a présentées :

Nouvelles protections

  • Meilleures protections contre les mesures disciplinaires, les abus de pouvoir et le harcèlement
  • Élimination et remplacement des insignes nominatifs des officiers en uniforme par des insignes numériques
  • Meilleures protections en ce qui concerne le renouvellement du permis de port d’armes et la formation sur les tactiques de maîtrise et de défense
  • Protection des dénonciateurs afin que les membres du syndicat puissent dénoncer les actes répréhensibles

Rémunération adéquate pour les recrues et les nouveaux agents

  • Passage immédiat au taux de rémunération FB-3 dès l’obtention du diplôme à Rigaud

Conciliation travail-vie privée

  • Améliorations aux diverses dispositions sur les congés
  • Régler les problèmes d’établissement des horaires et d’heures supplémentaires en cours
  • Télétravail pour les membres dans le domaine de l’observation des échanges commerciaux et pour les autres membres qui ne portent pas d’uniforme
  • Protections qui assureraient un meilleur accès au congé avec étalement du revenu.

Réforme du régime de retraite

  • Engagement du Conseil du Trésor et l’ASFC à négocier un régime de retraite anticipée comparable à celui qu’ont adopté d’autres agences d’exécution de la loi.

L’équipe de négociation présentera les revendications salariales lorsqu’elle aura analysé les données démographiques et celles sur la paye qu’ont fournies le CT et l’ASFC. Par ailleurs, l’AFPC-SDI mènera un sondage sur la rémunération dans le milieu de l’exécution de la loi.

L’employeur a demandé un certain nombre de concessions importantes qui vont de l’élimination des droits d’établissement des horaires à des changements draconiens au congé pour les soins et l’éducation. Le syndicat lui a dit qu’il était déterminé à négocier de bonne foi et lui a aussi bien précisé qu’il ne ferait pas de concessions.

La prochaine séance de négociation aura lieu le 26 février.

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Groupes PA, EB, SV & TC : l’AFPC déclare l’impasse suite au gel de deux ans proposé par les libéraux

Négociations

Le gouvernement libéral a déposé une série de contre-offres carrément offensantes dans le cadre des pourparlers entre le syndicat et le Conseil du Trésor. Après des mois de piétinement et d’offres insultantes, les équipes de négociation représentant 90 000 fonctionnaires ont déclaré l’impasse et demandé la mise sur pied d’une commission de l’intérêt public pour faire avancer les négociations.

Le gouvernement propose en effet un maigre 0,75 % d’augmentations salariales annuelles pendant quatre ans, ce qui est bien en dessous du taux d’inflation, et refuse que les augmentations s’appliquent rétroactivement dès le début de la période couverte par la convention collective. Il demande également que la nouvelle entente entre en vigueur 365 jours après sa signature, ce qui se traduira essentiellement par un gel salarial de deux ans pour les membres de l’AFPC.

« Le gouvernement de Justin Trudeau n’est pas fichu de nous faire une offre sérieuse, alors que nos membres attendent toujours d’être payés correctement, presque trois ans après le lancement de Phénix. C’est scandaleux! », tonne Chris Aylward, président national de l’AFPC. « Il y a plus de six mois que nous essayons de convaincre le gouvernement de négocier de manière juste et respectueuse — de toute évidence, c’est l’impasse. »

« Le premier ministre Trudeau a promis d’établir de meilleures relations avec les fonctionnaires, des relations fondées sur le respect, mais les agissements de la semaine dernière sont bien loin de cette promesse. C’est une trahison, pure et simple », ajoute-t-il.

Le Conseil du Trésor n’a pas non plus donné suite à nos revendications importantes, comme la conciliation travail-vie personnelle, la charge de travail, les congés et le recours aux agences de placement temporaire.

Du 27 au 29 novembre, les négociations portaient sur les revendications propres à chaque groupe : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services de l’exploitation (SV), Enseignement et bibliothéconomie (EB). La négociation sur les enjeux communs avait lieu du 4 au 6 décembre.

« Nous sommes contrariés et nous ne laisserons pas le gouvernement s’en tirer ainsi. Chaque jour, les membres de l’AFPC vont travailler, ne sachant pas s’ils seront payés correctement. Leurs conditions de travail doivent refléter leur dévouement et la valeur de leur travail. Nous ne baisserons pas les bras tant que nous n’obtiendrons pas des conditions de travail dignes de nos membres », conclut M. Aylward.

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Groupes PA, EB, TC & SV : reprise des négociations avec le Conseil du Trésor sur fond de retard et de frustration

Négociations

Les négociations avec le gouvernement fédéral se poursuivent cette semaine et la semaine prochaine pour près de 90 000 fonctionnaires, alors que le cauchemar Phénix continue de hanter la fonction publique.

Les équipes de négociation sont constamment reparties bredouilles des dernières séances avec le Conseil du Trésor. En juillet, l’AFPC s’était présentée à la table avec des propositions claires et un mandat clair pour faire avancer les choses. Malheureusement, le gouvernement n’a pas réagi à nos revendications et n’a même pas fait de contre-offre.

« Presque trois ans après le lancement de Phénix, nos membres attendent toujours d’être payés correctement. Comme si ça ne suffisait pas, ils doivent aussi attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. C’est scandaleux!, tonne Chris Aylward, président national de l’AFPC. La frustration gagne nos membres après six mois de négociation sans succès avec le gouvernement libéral. »

Du 27 au 29 novembre, les négociations porteront sur les revendications propres à chaque groupe : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services de l’exploitation (SV), Enseignement et bibliothéconomie (EB). La négociation des enjeux communs reprendra du 4 au 6 décembre.

« Nous demandons au gouvernement d’être prêt à négocier sérieusement cette fois-ci », ajoute le président Aylward.

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Les négos pour le groupe des Services frontaliers débuteront en janvier

Négociations

Après avoir recueilli les propositions de chaque succursale du SDI à travers le Canada et maintenant que notre équipe de négociation FB est élue et en place, l’AFPC a proposé des dates en janvier au Conseil du Trésor pour commencer les négociations en vue d’une nouvelle convention collective FB. Une mise à jour sera fournie une fois les dates confirmées. Nous sommes impatients de retourner à la table de négociation et de faire de l’ASFC un meilleur lieu de travail.

Mise-à-jour, 21 novembre 2018 : Vendredi dernier, l’AFPC et le Conseil du Trésor ont confirmé que les parties échangeront des propositions et entameront les négociations en vue d’une nouvelle convention collective pour le groupe Services frontaliers (FB) la semaine du 7 janvier 2019.

Pour vous tenir au courant des négociations des services frontaliers, visitez la page web de l’AFPC pour le groupe FB ou abonnez-vous au bulletin électronique de l’Alliance.

La version originale de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.

Négociations PA, EB, TC et SV : l’AFPC réclame une hausse annuelle de 3,75 % et d’autres améliorations

Négociations

Les 16 et 17 octobre dernier, les équipes de négociation représentant environ 90 000 fonctionnaires ont rencontré le Conseil du Trésor en vue de renouveler leurs conventions collectives échues depuis l’été. Les groupes suivants étaient représentés autour de la table : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services de l’exploitation (SV), Enseignement et bibliothéconomie (EB).

Encore une fois, nos équipes sont reparties bredouilles : les négociateurs du Conseil du Trésor n’ont pas réagi à nos revendications et ne se sont même pas donné la peine de faire une contre-offre. C’était exactement le même scénario qu’à la rencontre sur les enjeux communs, les 10 et 11 octobre, alors que les équipes patronales ont fait preuve d’immobilisme.

Les équipes ont réclamé une augmentation économique de 3,75 % par année pour la période 2018-2020. Par ailleurs, chaque équipe a déposé ses propres revendications portant notamment sur les rajustements salariaux et les indemnités.

Survol des revendications

Services des programmes et de l’administration (PA)

L’équipe PA demande une indemnité de sécurité publique pour les titulaires de poste exposés régulièrement à des blessures et des dommages psychologiques; une indemnité de premier responsable pour les agents de libération conditionnelle; l’augmentation de la prime de maintien en poste versée aux personnes qui exécutent des tâches liées à la rémunération; et des conditions de travail et une formation améliorée pour les travailleuses et travailleurs des centres d’appels.

Elle a aussi réitéré certaines revendications : bonifier la rémunération des heures supplémentaires ainsi que les dispositions sur les responsabilités familiales et celles sur la conciliation travail-vie privée.

Services techniques (TC)

L’équipe TC a présenté une revendication salariale globale à trois volets : 1) élargir la portée des indemnités et les ajouter au salaire; 2) ajouter deux échelons supérieurs à toutes les grilles salariales; 3) créer de nouvelles indemnités afin de réduire l’écart salarial important entre les membres du groupe TC et d’autres travailleurs exécutant des tâches semblables.

Elle a aussi réitéré certaines revendications portant, entre autres, sur la classification des emplois, les congés, les horaires de travail et le temps de déplacement.

Enseignement et bibliothéconomie (EB)

Les propositions salariales de l’équipe EB visent à obtenir la parité salariale avec des emplois comparables dans d’autres secteurs non gouvernementaux (conseils scolaires publics, bibliothèques universitaires, p. ex.). Notre équipe a remis sur la table sa proposition visant à établir un nouveau taux de rémunération national pour les enseignants du groupe ED-EST (12 mois), étant donné que l’employeur n’a rien fait à cet égard en plus de quatre mois.

L’équipe EB a aussi présenté de nouvelles revendications en matière de perfectionnement professionnel.

Services de l’exploitation (SV)

L’équipe SV réclame des rajustements selon le marché (qui s’ajouteraient aux augmentations économiques mentionnées précédemment) pour une vaste gamme de classifications. Ses objectifs : éliminer l’écart salarial entre le groupe SV et ses comparateurs du secteur privé et restructurer la grille salariale. Elle a aussi proposé de bonifier le libellé des conditions énoncées dans certains appendices visant des groupes précis.

Enfin, l’équipe a discuté de mesures visant à protéger le salaire et les avantages lorsque l’employeur doit prendre des mesures d’adaptation.

Prochaines séances de négociation

Les négociations se poursuivront du :

  • 27 au 29 novembre : propositions par table
  • 4 au 6 décembre : propositions sur les enjeux communs

L’AFPC s’attend à ce que les négociateurs du Conseil du Trésor se présentent à la table avec un mandat clair : répondre à nos revendications et négocier sérieusement.

Une version de cet article a été publiée sur le site de l’AFPC.